Un nouveau plan de déplacement à Lille

Publié le 24 février 2016

Ce mercredi 24 février 2016, la Mairie de Lille présentait lors d’une réunion publique son nouveau plan de déplacement, avec pour objectif affiché de proposer "une vision à moyen terme de la circulation en tenant compte de l’ensemble des modes, assortie de propositions pour maintenir son accessibilité". Alors certes, on pourra trouver étrange que la Mairie prenne le leadership sur ce qui relève de la compétence de la Métropole Européenne de Lille, mais l’initiative nous a été présentée comme étant une initiative conjointe de la MEL et de la Ville de Lille. Et finalement, avant la méthode, ce qui compte c’est le résultat. Et force est de constater qu’il y a dans ce nouveau plan de déplacement intra-muros de l’audace ! L’ambition clairement affichée par la capitale des Flandres est de réduire autant que possible le trafic automobile de transit à l’intérieur de son périmètre. Alors si c’est la Ville de Lille qui a porté cette proposition, félicitations à elle et notamment à son Adjoint en charge, Jacques RICHIR.

Alors en quoi consiste ce nouveau plan de déplacement ?

Martine AUBRY, qui présidait la réunion de présentation au public, a fait le constat très clair que tous ceux qui venaient en visite à Lille trouvaient le plan de circulation incompréhensible, sans aucune cohérence et qu’il était absolument nécessaire de le modifier. Quant aux grands objectifs visés par cette importante refonte, les voici :

- Le premier but affiché est de réduire le trafic de transit : faire en sorte qu’un véhicule qui ne vient pas de Lille et qui n’y va pas évite d’y passer. Pour ce faire, sept boucles vont être mises en place, associées à des zones "verrou" de micro-piétonnisation. Ces boucles permettront de maintenir la desserte routière de toute la ville, tout en empêchant le trafic de transit, qui sera naturellement bloqué aux deux extrémités de chaque boucle. Ce trafic de transit sera donc contraint de passer par les voies larges de bordure, comme le Boulevard de la Liberté ou le Boulevard Louis XIV. Le trafic de desserte quant à lui (riverains, visiteurs), rejoindra la boucle qui lui permet d’atteindre sa destination en cheminant par les voies de bordure. Les sociétés éditrices de cartographie pour GPS ont été sollicitées afin d’améliorer le calcul des itinéraires pour éviter ce qui est maintenant bien une réalité : ces GPS contribuent de façon non négligeable à retrouver en coeur de ville du trafic de transit qui n’a rien à y faire !

- Le second objectif affirmé est d’étendre les zones limitées à 30 km/h et les zones de rencontre, avec pour objectif à terme que l’essentiel du territoire lillois soit configuré en zone 30, comme cela se fait de plus en plus dans les grandes villes (à Paris par exemple, ou encore à Grenoble, qui est déjà entièrement en zone 30). Néanmoins, cette ambition affichée de la Mairie de Lille se trouve confrontée à un obstacle financier : c’est la Métropole Européenne de Lille qui réalise les aménagements en zone 30 et le budget alloué à cela est contraint, sans compter que Lille n’est pas - loin s’en faut - la seule commune de la métropole à bénéficier de ce type d’aménagement. Quelques zones vont devenir piétonnes comme le haut de la Rue de Paris, à proximité de l’hôtel Carlton et la Place du Lion d’Or. De nouvelles zones de rencontre vont voir le jour. Une piétonnisation élargie a été écartée en raison de la crainte évoquée de voir une "désertification des habitations dans les étages comme à Bruxelles" selon les dires de Jacques RICHIR (généralement on a des commerces en RDC et des logements dans les étages des immeubles).

Quels changements concrets ?

- Un des endroits les plus emblématiques de la ville de Lille, c’est sa Grand Place, qui voit actuellement passer un trafic de transit important (en provenance de la rue Nationale vers la rue Faidherbe et le secteur des gares, ou l’inverse). Actuellement, on y circule dans les deux sens. Avec le nouveau plan de circulation, c’en sera fini. Quand on entrera par une extrémité de la Grand Place, on ne pourra en sortir que par la rue Esquermoise et donc plus aller jusqu’à l’autre extrémité. Il est important de noter que la plupart des véhicules ne devraient pas transiter par la rue Esquermoise puisqu’ils auront normalement tourné avant rue de l’hôpital militaire ou rue Léon Trulin. Les véhicules qui se rendront jusque la Grand Place seront donc essentiellement ceux qui vont au parking souterrain Indigo ou au parking du Nouveau Siècle. Lille Transport fait partie du collectif "Place aux Piétons" qui demande une piétonnisation de la Grand Place. Avec le nouveau schéma de trafic proposé par la mairie, on peut se demander pourquoi n’avoir fait que la moitié du chemin et ne pas avoir piétonnisé complètement. Une des raisons évoquées est que, sur la Grand Place, il y a une entrée du parking souterrain Indigo (ex Vinci Park), et que piétonniser la place reviendrait à condamner cette entrée, ce qui imposerait le paiement de lourdes pénalités au concessionnaire... Une autre raison qui explique ce choix tient au fait que la piétonnisation multiplierait la présence de cafés et de restaurants sur le périmètre piétonnisé et que la Mairie préfère maintenir une offre commerciale diversifiée. De toute façon, on peut penser que la contrainte forte que sera l’unique sortie rue Esquermoise (assez étroite) risque bien de dissuader nombre d’automobilistes de passer par là à moins d’avoir une vraie raison de le faire...

- Autre changement notable : l’avenue Willy BRANDT (où se trouve le Tri Postal, près du centre commercial Euralille) sera fermée à son extrémité côté Euralille. Les véhicules venant du périphérique et arrivant à cette extrémité seront donc contraints de faire un demi-tour pour repartir dans l’autre sens. Cela aura pour conséquence directe de sécuriser nettement et de fluidifier la traversée piétonne hyper fréquentée entre la Place des Buisses (devant la gare Lille Flandres) et le parvis du centre commercial Euralille. Cela devrait aussi favoriser le transit des nombreux bus qui circulent dans cette zone.

- Autre axe majeur concerné : le Boulevard de la Liberté, qui compte actuellement deux voies pour les bus et deux voies à sens unique (vers le champ de Mars) pour les voitures. La circulation des voitures se fera désormais en double sens, avec une voie par sens. Et, fort logiquement, ce boulevard débouchant sur le Boulevard Louis XIV, ce dernier sera lui aussi passé en double sens, permettant de rejoindre le périphérique depuis le Champ de Mars et les secteurs environnants. La rue Royale également sera passée en double sens.

- Dans le Vieux Lille, à hauteur de la place du Lion d’Or, un bus Transpole passe environ toutes les 90 secondes aux heures de pointe (les deux sens cumulés). La Mairie considère que c’est une fréquence très élevée à un endroit où la circulation piétonne est dense et qu’il faudra donc certainement envisager de dévier une ou plusieurs lignes (pas toutes) en-dehors de ce secteur. C’est un point que nous allons suivre de près. Une solution pourrait être de trouver les axes de repli à la fois les plus proches à pied et les plus adaptés à une circulation efficace des bus. S’il s’agit juste de faire 5 minutes à pied pour prendre son bus, c’est quelque chose de tout-à-fait acceptable.

Quel accueil dans le public ?

Lors de la réunion publique de présentation, qui s’est tenue dans une Halle aux Sucres bien remplie, de nombreuses questions ont été posées dans une ambiance qui s’est avérée être globalement favorable au projet. Le thème qui a été le plus abordé par le public était celui de la cohabitation entre les différents modes (autos, vélos, piétons) et du respect mutuel entre eux. Certains ont regretté les incivilités et le manque de verbalisation, par exemple pour le stationnement sur les trottoirs. On a aussi entendu dire que l’état d’entretien des trottoirs était déplorable et qu’il y avait beaucoup à faire à ce sujet.

L’accueil des commerçants a été favorable, il faut dire qu’ils ont été inclus assez tôt (au travers de leurs représentants) dans la phase de concertation et d’établissement des modalités de ce nouveau plan de déplacement.

Enfin, comme l’a précisé Martine AUBRY, même s’il sera toujours possible de procéder à certains ajustements (modifier le sens de circulation d’une rue par exemple), les grands principes comme celui des sept boucles de desserte ne pourront pas être remise en cause car cela porterait atteinte à la cohérence globale de ce plan.

Quel planning ?

La mise en oeuvre effective est prévue pour la dernière semaine du mois d’Août. Une période idéale selon Jacques RICHIR car la circulation est encore faible en raison des vacances scolaires et que cela permet d’habituer les automobilistes graduellement. Le secteur dit des "urbanistes" (du Boulevard Carnot à la Place Louise de Bettignies en passant par la Place du Lion d’Or) sera traité plus tard, dans deux ou trois ans, en raison des importants travaux de requalification urbaine qu’il va subir. Cela n’aurait en effet pas beaucoup de sens d’y modifier les conditions de circulation quand les zones de travaux viendraient modifier immédiatement la manière d’y circuler...


Home page | Mentions légales | contact@lilletransport.com | Site Map | Follow-up of the site's activity fr  Follow-up of the site's activity Actualités   ?